TÉLÉCHARGER HEIN 5.4.1 GRATUITEMENT

Taille: Out of these cookies, the cookies that are categorized as necessary are stored on your browser as they are essential for the working of basic functionalities of the website. We also use third-party cookies that help us analyze and understand how you use this website. These cookies will be stored in your browser only with your consent.

Nom:hein 5.4.1
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:26.67 MBytes



Vous en êt- euh, vous feriez passer euh le médecin euh deux semaines trois semaines un mois au bloc? On peut remarquer ici que MSF s'identifie donc aussi à travers ce qu'elle ne fait pas, et donc ce qu'elle n'est pas. C'est donc comme si Max mettait ainsi en garde ses partenaires sur le choix de leurs mots pour parler de son organisation.

Il semble donc refuser leur tentative de qualification implicite de son organisation. On remarque que, ce faisant, Max, en tant que membre de MSF, se positionne implicitement comme ayant le droit et l'autorité nécessaire pour définir et parler au nom de son organisation, ses vis-à-vis n'ayant évidemment pas cette capacité, ou, en tout cas, pas avec la méme autorité.

Puis, des lignes à , Max s'attèle à requalifier la signification de la présence de MSF, la dissociant d'une structure de formation: Ç On n'est pas là comme formateur È ligne Il poursuit en précisant que ce n'est pas de la formation que MSF fait lorsqu'elle est présente dans une structure médicale, mais qu'elle rend possible de l'apprentissage, une distinction intéressante dans la mesure oü il peut y avoir, bien entendu, apprentissage sans formation structurée en tant que telle par observation, par exemple.

Il confirme donc à ses partenaires qu'un des volets de son action et de sa présence peut mener à l'apprentissage, tout en écartant la possibilité d'une formation structurée. On voit que Max est donc en train de requalifier son organisation avec ses propres mots, sa propre vision.

Ainsi, c'est comme s'il se réappropriait MSF, contrant du méme coup la qualification implicite que ses vis-à-vis lui proposent, celle d'une organisation dont l'une des aptitudes serait de former des médecins. Il montre, de ce fait, à ses partenaires qu'il n'est pas possible, en quelque sorte, de faire faire quelque chose à MSF, la seule chose qu'il soit possible de faire étant de bénéficier indirectement des activités existantes et définies a priori par l'organisation elle-méme.

Puis, des lignes à , Max semble se sentir obligé de justifier le volet apprentissage de MSF dont il vient de parler en invoquant et mobilisant des outils que son organisation apporte dans ses interventions et qui agissent donc en son nom: guides cliniques, livres sur les médicaments essentiels, protocoles thérapeutiques en plus d'un savoir faire en hygiène et en gestion des déchets.

Notons également qu'une telle indication des ressources nécessaires laisse entendre que si les partenaires veulent en bénéficier, libre à eux, mais cette même indication conforte également la position d'une organisation qui ne dévie pas de la trajectoire qu'elle s'est elle-même fixée, laissant aux autres le loisir de saisir les opportunités que MSF leur offre de facto. Ë travers son argumentaire, Max semble donc faire un travail de désappropriation et d'élimination de la responsabilité que ses partenaires ont tenté d'attribuer à MSF, avec la mission proposée.

Max est donc en train de mettre en scène et de communiquer l'idée d'une transmission d'un savoir au quotidien, en effectuant le travail, autrement dit en soignant les patients. Ainsi l'organisation souhaite être reconnue par ses partenaires dans la non portée éducationnelle de son action.

Max est en quelque sorte en train de dire à ses partenaires qu'ils se trompent dans leur vision implicite de MSF comme lieu de formation formelle, même s'il laisse ouverte la porte à un apprentissage de facto.

MSF partage donc son savoir avec les acteurs locaux, mais ne souhaite et ne donne pas de formation officielle. Puis, des lignes à , on voit comment Max se positionne implicitement comme responsabilisant ses partenaires par rapport à l'héritage que MSF est censé apporter : ÇC'est aussi aux gens à s'approprier les outils qu'on met à disposition euh. Notons que ce positionnement quelque peu paternaliste, voire colonialiste, laisse entendre implicitement que ces interlocuteurs et les gens qu'ils représentent n'auraient pas conscience de cette responsabilité et n'initieraient donc pas d'eux-mêmes de telles pratiques d'appropriation.

On voit donc comment le travail identitaire se fait dans les deux sens, les interlocuteurs de Max ne réagissant pas aux attributions implicites de leur vis-à-vis, laissant ouverte l'idée d'une acceptation possible de cette attribution. Ensuite, on voit Max parler d'évidence lorsqu'il qualifie ce qu'il vient d'annoncer, marquant donc une certaine fermeture, fermeture qui annonce peut-être à ses interlocuteurs qu'il n'est pas ouvert à la négociation.

A la suite de cela, Max relativise son propos et sa fermeté avec l'emploi de la première personne du singulier, oü il sous entend que ce projet ne le dérange pas complètement de facon personnelle, mais que c'est éventuellement avec son organisation qu'il n'est pas en phase: Ç Moi, moi disons de prime abord, j'ai pas de gro::sses objec::tions È lignes Max fait donc en quelque sorte appel à son expérience personnelle, à son avis d'expert face à cette requête. De plus, c'est aussi, en quelque sorte, une tactique pour ne pas faire perdre la face à ses vis-à-vis.

En effet, il ne leur dit évidemment pas que leur projet est inintéressant et irréalisable car ce serait alors une offense à leur encontre. Il s'agit ici, pour Max, de répondre ni par oui, ni par non, mais de laisser une ouverture tout en préparant ses interlocuteurs à la non acceptation de leur requête telle qu'elle est présentée aujourd'hui. De plus, on voit comment Max opère ici un subtil détachement entre son organisation et lui-même.

Notons qu'en invoquant de la sorte la facon de faire et les habitudes de MSF, Max présentifie MSF dans l'interaction comme un être agissant dont il ne serait qu'un simple porte-parole. Il peut être ainsi en train de montrer à ses interlocuteurs qu'il n'est pas totalement décisionnaire dans cette histoire et que ce sont d'autres personnes à MSF qui décident de ces implications.

Cependant, contre toute attente, il laisse une ouverture à ses partenaires pour l'opérationnalisation de leur requête sans grosses objections, ceci sous-entendant qu'il y aura de toute manière des objections, mêmes petites. Autrement dit, c'est comme si Max leur disait, ÇJe n'ai pas de grosses objections par rapport à ce que vous proposez, mais ma petite objection, en quelque sorte, c'est que nous ne sommes pas une école et qu'il n'y aura pas de formation formelle È.

Ajoutons que Max, à la ligne , invoque le Docteur Luc, qui est un jeune médecin congolais qui travaille au coté du chirurgien MSF à l'hôpital de Mumba. La raison pour laquelle Max invoque le Docteur Luc semble être qu'il veut démontrer à ses interlocuteurs que ce qu'ils demandent, MSF le fait déjà avec lui, démontrant ainsi sa générosité et son principe d'apprentissage au quotidien.

A la ligne , Guy confirme par un Ç VoilàÈ le raisonnement ou du moins le propos de Max, marquant un alignement entre les deux parties et donc une co-construction identitaire implicite. Puis, des lignes à , le porte-parole de MSF poursuit son raisonnement en justifiant le rôle de MSF dans la formation du docteur Luc et la transmission du savoir au quotidien à la manière MSF. Cependant, des lignes à , Max dit aussi que l'action de MSF à l'hôpital nécessite du personnel qualifié, l'organisation se présentant donc comme soucieuse de la qualification de ses membres, laissant entendre que MSF fait donc, en quelque sorte, les choses bien.

Il renvoie en quelque sorte la balle dans leur camp en leur demandant donc de formuler l'opérationnalisation de leur demande et en les mettant ainsi devant leurs responsabilités. Notons aussi qu'il prend la défense du docteur Luc, car il comprend la requête de ses partenaires comme une perte d'espace, donc de travail et d'apprentissage pour ce médecin. Et pour ce qui est de la chirurgie euh c'est au chirurgien de voir comment les utiliser.

S'il n'est pas euh:: au bloc ce jour -là, il peut, peut être, être en médecin interne ou en chirurgie euh en pédiatrie. Donc c'est c'est de cette façon-là que nous, donc il est là juste pour une période de 3 mois mais il bénéficie de de l'expérience de de de du chirurgien MSF. S'il y a par exemple dix interventions programmées pour la jour née, Luc prend cinq, lui prend cinq hein comme ça euh ils ils se relayent.

Pour nous le prob - le l'important pour nous c'est que, évidemment ce sont des jeunes, il y a d'autres interventions qu'ils peuvent faire, d'autres non. Mais en voyant le chirurgien MSF le faire, à la longue, ils peuvent être a mesure aussi de le faire, donc que, acquérir de cette expérience-la. Je crois que c'est c'est de cette facon-la que:: Tony Oui en fait on se dit sans doute avec l'intervention de MSF, on aura l'afflux de:: de patients donc on aura besoin d'un personnel supplémentaire.

Et on se dit il ne serait pas bien de prendre un médecin euh euh pour neuf mois par exemple hein alors qu'on pourrait potentialiser ce ce médecin-la. On prend par exemple le médecin de la zone de santé voisine qui vient pendant trois mois tout en appuyant l'équipe qui est la. Donc il fournit les services de médecin il profite en même temps de l'expérience des médecins qui sont la, des médecins expérimentés MSF.

TÉLÉCHARGER ROHFF JACCELERE GRATUIT

La construction identitaire d'une ONG par la communication: le cas de Médecins sans Frontières

.

TÉLÉCHARGER NARUTO SHIPPUDEN 305 VOSTFR GRATUIT GRATUIT

Généalogie agnatique

.

Similaire